« JE NE SUIS PAS ADAMADEN, JE SUIS MÒKÒ ! »

« JE NE SUIS PAS ADAMADEN. JE SUIS MÒKÒ ! »

Adamaden : veut dire « enfant d’Adama » et de Hawa, sous-entendu. Il désigne l’être humain, l’Homme en référence à la cosmogonie judéo-chrétienne reprise par les Arabes pour expliquer l’origine de l’Homme. Ce récit biblique d’Adam et d’Eve fait venir l’humanité de ce couple primordial. Egalement en Islam, le premier être créé par Allah serait un homme, Adam, dont un os de la côte aura permis de créer Eve, sa compagne. De ce fait, tous les humains seraient les descendants d’Adam et d’Eve. Ce récit ne fait aucune allusion à la couleur de peau de ces premières créatures. Mais, ceux qui ont élaboré ce mythe de la Création et ceux qui s’y réfèrent admettent volontiers qu’ils étaient de peau blanche, donc sémitique. Ils étaient tout, sauf Noirs et kamites. Ce récit soulève tellement de questions que l’intellectuel noir ne doit éluder, en aucun cas : Adam ou Adama, la « première créature humaine a apparu sur quel continent ? Dans quelle région du monde ? De quelle couleur de peau était-il ? Qui sont ces descendants directs ? Comment leurs enfants, des frères et des sœurs ont-ils fait pour se multiplier et remplir le monde d’hommes de couleur arc-en-ciel ?

Aujourd’hui, au 21ème siècle, la question de l’origine de l’Homme ne se pose plus. L’Afrique est le berceau de l’humanité, les premiers hommes, homo sapiens, sont Africains donc des Noirs, des Nègres. La première civilisation de l’humanité est le fait de peuples noirs, nègres d’Afrique. Tout cela ne se discute plus.

Partant de « ces faits scientifiquement établis », on ne peut plus, on ne doit plus se limiter et se contenter de récits cosmogoniques qui aboutissent à des impasses tant sur le plan spirituel que moral et qui induisent des équations aux inconnus multiples. Il faut comprendre que le récit cosmogonique est « la source première » de toute croyance donc de toute religion.

Pour le Négro-africain, en acceptant Adam et Eve comme les premiers humains créés, on se place dans un PARADIGME ÉTRANGER qui nous oblige à admettre tous les autres récits sur la « Théodicée venue d’ailleurs » (croyances, religion, etc.) l’organisation sociale, la philosophie, etc.

Sans faire d’analyses du récit biblico-coranique (on me dira que je n’y connais rien !), nous attirons quand même l’attention de chacun sur le fait que tous les peuples du monde ont élaboré « leur récit cosmologique original » pour expliquer la création de l’Homme. Chez les Bamanan et les Malinké, « l’être humain » se dit mòkò ou mògò ou maa (contraction). Selon les cosmogonies bamanan, malinké et dogon, la Création a commencé par des jumelles primordiales, suivies des jumeaux et enfin des jumeaux mixtes qui seraient les ancêtres primordiaux de l’humanité. Accepter cette appellation de « Adamaden » pour désigner l’être humain, c’est accepter, dans sa lettre et dans son esprit, la cosmogonie judéo-chrétienne et musulmane. Ce faisant, on est tenu d’accepter les croyances et la spiritualité qui en découlent car tout est dans le verbe ! Pour toutes ces raisons et certainement pour bien d’autres encore, « JE NE SUIS PAS ADAMADEN, JE SUIS MÒKÒ ». Tels ont été mes ancêtres, tel je suis. Se connaître soi-même (yèrèdòn) a un prix. Il faut s’en acquitter avec dignité et conviction !

Aw dansòkò ! Aw ni ko !

(Un extrait de mon prochain livre)

 

Dr Fodé Moussa Sidibé

Vice-Président de 3RNA-Maaya

 

Version PDF téléchargeable/consultable ici: Adamaden

 

Leave a Reply